Une aventure chez les cousins

Chasse à l'ours

Partage cette histoire

Une aventure chez les cousins

Je reçois durant l’hiver 2015 un message via Facebook d’un jeune français, Edouard qui me demande s’il pourrait passer la saison 2015 chez moi à la pourvoirie pour vivre LA GRANDE AVENTURE.

On se parle à plusieurs reprises et finalement Edouard débarque au Lac Suzie en juin.
Étant un malade de chasse, le but d’Edouard est de tout apprendre de la pratique de cette activité en Amérique du Nord. Edouard, qui malgré son jeune Âge à l’époque (19 ans) a une très bonne expérience en chasse à l’arc ce qui fait que moi et lui on clique vite ensemble lollll.

Son premier objectif est d’apprendre à chasser l’ours, donc dès son arrivée il me suit dans mon travail quotidien. Il me pose plein de questions sur les emplacements, le positionnement des sites, le positionnement des affuts, les appâts etc . Le lendemain je décide donc de lui laisser partir son propre site et de le laisser lui-même faire son trip de chasse.

On sort une carte et on commence à l’étudier ensemble et finalement il choisit deux sites potentiels, il me demande mon opinion et je lui dis GO, car ce sont des endroits que j’aurais choisis moi aussi.

Le lendemain après ma tournée on se dirige vers les endroits ou Edouard veut faire ses appâts et il se met au travail. Vous auriez dû voir les étincelles dans les yeux de ce jeune qui veut vivre son trip à 6000 km de chez lui dans un milieu totalement diffèrent de ce qu’il a pu vivre à date.

Il ne laisse rien au hasard, je peux vous dire qu’il a bien enregistré les réponses à ces questions et à ma grande surprise il semblait déjà avoir des années d’expérience derrière la cravate. Rien n’est laissé au hasard, le site, le positionnement de deux endroits différents pour le mirador en fonction des vents, les lignes de tir, il a fait le site en fonction que les ours soient à un endroit précis pour son tir, car Edouard veut récolter son ours à l’arc.

Edouard installe des caméras et on commence à compiler les photos. Finalement deux beaux spécimens font leurs apparitions parmi ceux qui sont déjà là. Ma jeune recrue décide donc d’aller tenter sa chance. Il installation ses deux caméras pour le tournage, car il veut immortaliser sa chasse. C’est du sérieux!

Le premier soir il laisse passer deux ours de taille moyenne qui aurait fait l’affaire de plusieurs de mes clients. Je lui dis laisse en pas passer trop, car parfois le vent tourne et les ours matures à cette période de l’année sont souvent de passage. Il me répond d’une façon confiante : t’inquiètes.

Le lendemain il repart très confiant, sûr de lui. Il ne revient qu’à la tombée de la nuit avec un air un petit peu moins confiant, six heures de stand et il n’a rien vu. Je lui dis que parfois ça arrive, mais qu’il n’a pas à se stresser avec ça.
Le troisième soir il repart moins confiant que la veille et il me dit le premier qui se pointe pu…. Je le tire. Je lui réponds relaxe et profite de chaque moment DouDou (c’est son surnom)

Trois heures plus tard, Edouard est revenu avec un sourire qui veut tout dire lollll . Je vous laisse le soin de regarder les images et la conclusion de cette belle aventure que Doudou a vécue.

Dans la deuxiemme partie du film Edouard est venue filmer ma chasse

Bon visionnement

Name change

Changement de nom

Un nom aléatoire vous sera attribué si vous laissez ce champ vide.